En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus ou modifier vos paramètres cliquez ici.

LA COHÉRENCE

Quels aspects doivent être interrogés quand il est question de la cohérence d’une intervention ?

La COHERENCE concerne l’adéquation entre les différents objectifs, entre les objectifs et les stratégies d’intervention prévues pour atteindre les objectifs, entre les stratégies d’intervention prévues et les moyens alloués (ressources).

Intérêt :

Revisiter le choix des stratégies décidées au regard de l’objectif à atteindre

  • Les objectifs spécifiques sont-ils une bonne déclinaison de l'objectif général ?
  • N’y a-t-il pas d’oublis essentiels dans les objectifs spécifiques ?
  • N’y a-t-il pas d’oublis essentiels dans les stratégies ?
  • Les stratégies envisagées permettent-elles, a priori, d’atteindre les objectifs fixés ?
  • La population concernée pourra-t-elle être rejointe par les stratégies proposées ?
  • La durée de l’intervention est-elle compatible avec les objectifs à atteindre ?

Revisiter l’adéquation entre les moyens et les stratégies

  • Les objectifs spécifiques et les stratégies les plus contributives à l’objectif général sont-elles celles qui bénéficient des ressources les plus importantes ?
  • Les moyens et les ressources disponibles permettent-ils de mettre en œuvre les stratégies définies ?
  • Les délais impartis sont-ils suffisants pour déployer les moyens et les ressources prévus ?

Méthodes :

Les méthodes sont les mêmes que celles développées pour la pertinence.
En amont de l’intervention, l’évaluation de la cohérence peut-être réalisée par un ou des membres du groupe projet ou par des experts extérieurs. Elle nécessite de prendre de la distance par rapport au projet pour l’évaluer sereinement.

A la fin de l’intervention, dans le cadre d’une évaluation complète du programme, l’évaluation de cohérence peut également être réalisée et ce d’autant plus qu’elle ne l’aurait pas été au départ. C’est toujours une évaluation a priori, c'est-à-dire qu’elle ne s’appuie pas sur les résultats, mais sur les données disponibles au moment du démarrage du projet.

L’évaluation de cohérence nécessite d’utiliser les ressources de la littérature et les compétences des experts.

Quelques outils :

  • Revue de la littérature
  • Etat des lieux
  • Modèles de planification.

Exemples :

  • Un programme nutritionnel en entreprise qui viserait les salariés sans impliquer la restauration collective de l’entreprise pourrait être interrogé sur sa cohérence. 
  • Un programme qui viserait la réduction de la surcharge pondérale d’une population en 4 mois au moyen de 4 séances éducatives pourrait être interrogé sur sa cohérence (c’est en effet un peu plus complexe et long pour obtenir un tel résultat).
  • Un programme qui viserait la promotion de l’activité physique auprès de populations défavorisées en choisissant l’information pour seule stratégie manquerait de cohérence. En effet, l’importance de l’environnement, comme par exemple l’accessibilité financière des installations d’activité physique et la disponibilité des personnes pour de telles activités, sont à prendre en compte.